En grimpant plus haut, en s’efforçant plus loin et en écrivant l’histoire, les femmes dans l’alpinisme font leur marque depuis plus de deux siècles à Chamonix et dans les alentours. Nous avons compilé une liste de certaines des plus grandes réalisations de ces “Dames légendaires” dans la chronologie ci-dessous. Leurs exploits dans les Alpes vous inciteront également à essayer. Pourquoi ne pas y aller avec certaines des meilleures guides féminines de Chamonix, présentées après les histoires suivantes en tant que leurs représentants modernes?

1786 – Elizabeth, Jane et Mary Parminter

Mont Buet

La première ascension féminine enregistrée dans le monde remonte à 1786 (la même année que la première ascension du Mont Blanc), ici même dans cette région proche de Vallorcine. La famille Parminter, composée de deux soeurs et d’une cousine de Devonshire, aurait grimpé «sur» le Mont Buet. La toute première ascension du Mont Buet a été entreprise le 20 septembre 1770, 16 ans auparavant, par Jean-André, Guillaume-Antoine Deluc et Bernard Pomet.

Aujourd’hui, ce sommet est souvent appelé (probablement en l’honneur de ces femmes) le «Mont-Blanc des dames» et s’élève à 3096 m Le trio a été guidé dans leur ascension par Jean Pierre Beranger et Jean Baptiste Lombard. Diverses lettres et entrées dans des journaux prouvent qu’elles étaient les premières femmes à gravir un sommet de plus de 3 000 m, reconnu plus tard comme la première ascension féminine enregistrée. Celle-ci passa largement inaperçue jusqu’à un article de 1957 paru dans la “Alpine Club Review” de Grande-Bretagne par Gavin de Beere .

1808 – Marie Paradis

Mont Blanc

Un peu plus de deux décennies après, dans la même région et presque éclipsant cet exploit, le sommet du Mont-Blanc a été atteint en 1808 par Marie Paradis. Cet exploit a renforcé la réputation de Jacques Balmat (lui-même l’un des deux premiers hommes au sommet du Mont-Blanc), guide de montagne accompli, et a fait de Marie Paradis l’un des personnages les plus célèbres de la vallée: «Marie du Mont Blanc». Prouvant que le fameux Mont-Blanc est au cœur de la légende locale et du tourisme.

On raconte que Jacques Balmat et deux autres guides avaient décidé de gravir le Mont Blanc pour s’amuser et s’entraîner. Au début de leur expédition, ils rencontrèrent la jolie servante française Marie Paradis, dans une auberge de jeunesse sur le chemin. Balmat la persuada de les accompagner, promettant gloire et fortune. Selon des spécialistes, elle aurait vomi et aurait eu des crises nerveuses, tout en insistant sur le fait qu’elle mourrait heureuse si elle venait à atteindre le sommet. L’ascension s’est faite en deux jours et on raconte qu’elle aurait été traînée et portée par ses guides par faible visibilité jusqu’au sommet même. Néanmoins, elle conserve le titre de première femme à gravir le mont Blanc pour ses efforts.

1838 – Henriette d’Angeville

Mont Blanc

Après les modestes débuts de l’exploit de Paradis, suivit ceux d’une riche comtesse française, Henriette d’Angeville, qui réussit à gravir le Mont-Blanc en 1838. Dans son récit de l’ascension, d’Angeville déclara que l’alpinisme manquait d’une «emprunte féminine» et encouragea ses successeurs de publier leurs expériences dans leurs propres mots.

henriette-dangeville-portrait femmes dans l'alpinisme

D’Angeville était une comtesse de quarante-quatre ans d’une famille française établie et fortunée. Son éducation dans la haute société est du type des femmes à relever les défis de l’alpinisme du 19e et début 20e siècle. La richesse de D’Angeville lui a permis d’acquérir des biens et services considérables pour assurer son confort et sa sécurité lors de la montée. Notamment, où Paradis portait une jupe ample et atteignait le sommet en deux jours, d’Angeville a complété l’ascension en plusieurs jours en portant une tenue de 7 kg faite elle même, comprenant un pantalon knickerbocker ce qui était mal vu à l’époque.

Pendant ce temps, à Chamonix, des hommes du coin avaient misé sur le point de son ascension où elle abandonnerait. D’Angeville et ses contemporains en sont venus à considérer sa propre ascension comme la véritable «première» parce que Marie Paradis, la requérante précédente, aurait été «traînée» jusqu’au sommet.

Tandis que Marie Paradis ne pratiquerait plus jamais et avait certainement eu un coup de main dans sa conquête de 1808. Henriette d’Angeville était une alpiniste passionnée qui a atteint le sommet «sans aide» (n’étant pas portée) et a poursuivi sa carrière d’escalade jusqu’à la fin de sa soixantaine.

1871 – Lucy Walker

Cervin (entre autres)

Issue d’une riche famille de marchands de Liverpool, Lucy Walker s’est forgé une réputation au cours de ses 21 années de carrière dans les Alpes, réalisant 98 expéditions, dont 28 tentatives réussies sur des pics supérieurs à 4 000 m. Elle détient le titre de la première ascension féminine depuis 16 sommets, dont le Monte Rosa, le Strahlhorn et le Grand Combin. À l’étonnement des villageois, elle est devenue la première femme à gravir l’Eiger. Elle détient également le titre de la première ascension (des deux sexes) du Balmhorn (1864).

Son exploit le plus mémorable, cependant, est la première ascension féminine du Cervin de Zermatt, le «trophée le plus recherché des Alpes» (sic), qu’elle achève avec son père et des guides locaux.

N’ayant tenu aucun compte des souhaits d’Angeville (que les femmes écrivent et partagent leurs propres réalisations), Walker n’a laissé aucun journal, entretien ou récit personnel. Dans des journaux, des alpinistes rapportent l’observation de Walker en train de sécher ses vêtements dans une cabane ou de se déplacer rapidement dans la neige épaisse portant sa robe préférée.

Walker n’a peut-être pas diffusé ses réalisations sur papier, mais elle est devenue un membre impliqué du « Ladies Alpine Club ». Le club a été créé à Londres en 1907 en réponse à la stricte scène britannique des clubs alpins «exclusivement masculins». De 1913 à 1915, elle a eu l’honneur d’être vice-présidente du « Ladies Alpine Club »avant de décéder à l’âge de 80 ans en 1916.

1871 – Meta Brevoort

Deuxième place du Cervin (entre autres)

Margaret “Meta” Brevoort est issue d’une famille d’immigrants néerlandais qui a fait fortune à New York en tant que propriétaires et elle était la deuxième alpiniste la plus signifiante de son époque derrière Walker.

meta-brevoort-photo-de-groupe femmes dans l'alpinisme

En fait, dans une course à la conquête du Cervin, il est dit que Walker s’est précipitée dans la région lorsqu’elle a appris que Brevoort était en route. Brevoort, après avoir manqué sa chance de remporter le trophée ultime, arriva juste après la première ascension de Walker, mais ne fut pas découragée de conquérir le Cervin pour elle-même. En tant que véritable alpiniste, elle aurait attendu que les conditions sur la montagne soient propices et, le 5 septembre, elle est devenue la première femme à traverser la montagne de Zermatt à Breuil (Cervinia) en Italie.

Au cours des deux semaines suivantes, elle est également devenue la première femme à gravir le Weisshorn (4 506 m) et la Dent Blanche (4 357 m). Elle est décédée avant son heure d’une infection cardiaque et aurait eu des projets pour l’Everest.

1871 – Emmeline Lewis Lloyd

Dans la première équipe de l’ascension de l’Aiguille du Moine

Avec son enthousiasme pour la pêche, la chasse à la loutre et l’errance dans les collines, Emmeline a régulièrement grimpé dans les Alpes au cours des années soixante et soixante-dix du dix-neuvième siècle. Elle était considérée comme un personnage, une conteuse réputée, alors qu’elle parlait de ses voyages et de ses exploits. À une époque où il n’y avait qu’une demi-douzaine de femmes alpinistes en Europe, il est douteux que l’une d’entre elles se soit montrée aussi passionnée par l’escalade.

Alors que Lucy Walker montait toujours avec son père et son frère, la compagne habituelle d’Emmeline était une autre femme, Isabella Charlet-Straton (célèbre pour «Pointe Isabelle» ci-dessous). Elle a également grimpé avec sa sœur cadette, Bessie.

Peu de détails sont présents sur ses ascensions mais Emmeline était la huitième femme à gravir le mont Blanc et, en 1871, elle fit la première ascension de l’Aiguille du Moine (3412 m) près de Chamonix avec Isabella et le guide Joseph Simond. Les deux dames ont également escaladé le mont Viso avec Jean Charlet cette année-là. Les deux avaient tenté sans succès sur le Cervin dès 1869.

1876 – Isabella Charlet-Straton

Première ascension hivernale du Mont Blanc

À l’âge de 20 ans, Straton (plus tard Charlet-Straton) est devenue la riche héritière de la succession de ses parents, devenant financièrement indépendante avec un revenu annuel d’environ 4 000 £. Dame de loisir aventureuse, Straton a été initiée à l’escalade par son amie Emmeline Lewis Lloyd. Ensemble, ils parcoururent les Alpes et les Pyrénées au cours de leurs expéditions randonée et d’escalade dans les années 1860-1970.

isabella-straton-photo-de-groupe femmes dans l'alpinisme

Une de leurs premières montées ensemble, leur tentative manquée sur le Cervin en 1869 leur avait construit le caractère. De ce petit échec est venu un succès grandissant lorsque, l’année suivante, elles sont devenues les premières femmes à gravir le mont Viso, puis elles ont ensuite participé à la première ascension de l’Aiguille du Moine. Lorsque Lewis-Lloyd se retira de l’escalade en 1873, Straton continua de l’escalader avec Jean Charlet, qui devint éventuellement son mari. Charlet était le guide français local qui l’avait accompagné, elle et Lewis-Lloyd, lors de nombreuses expéditions précédentes.
Straton et Charlet ont grimpé ensemble pendant vingt ans. Certaines de leurs ascensions comprenaient l’Aiguille du Midi, l’Aiguille de Blaitière, les Dents du Midi et le Dom. En 1875, ils firent la première ascension d’un pic sur l’Aiguille de Triolet, que Charlet nomma «Pointe Isabella». Aujourd’hui, dans le centre de Chamonix, il y a même un hôtel nommé en son honneur, la Pointe Isabelle – le bar et le restaurant valent le détour pour leur décoration en hommage à Isabella.

Straton a gravi le Mont-Blanc à quatre reprises, y compris lors de la première ascension hivernale de janvier 1876, accompagné de Charlet et de Sylvain Couttet, ce qui en a fait une célébrité de la presse dans les journaux locaux et étrangers.

Fait romantique: en 1881, le couple conquit un nouveau sommet dans les Aiguilles Rouges, qu’ils nommèrent «Pointe de la Persévérance» en l’honneur de «la persévérance dont ils avaient fait preuve avant d’avoir osé confesser leur affection l’un à l’autre».

1887 – Mary Mummery

Ascension du Teufelsgrat du Täschhorn

Mary a commencé sa carrière dans les Alpes dans les années 1880 lorsqu’elle a épousé Alfred Frederick Mummery. Mummery avait fait venir son épouse d’Angleterre pour l’introduire dans les montagnes où elle se révélait être une alpiniste naturelle.

La première saison comprenait la Jungfrau, l’Obergabelhorn et, naturellement, le Cervin. Puis, le 15 juillet 1887, ils partent de Zermatt pour dormir dans le plus haut chalet du Taeschalp et partent à 1h30 du matin le jour d’après. L’ascension du Teufelsgrat par les Mummerys est considérée comme l’un des exploits les plus épiques de l’histoire de l’alpinisme. Dans son livre “Mes escalades dans les Alpes et le Caucase”, Mummery insistait pour que son épouse écrive le chapitre décrivant leur ascension du Teufelsgrat depuis sa position unique en tant que l’une des alpinistes les plus courageuses de l’époque. C’est tout à fait la même chose avec les menaces constantes de chutes de pierres, un piolet perdu emporté par des vents violents et à un moment donné, le second guide est tombé car la corde était trop courte!

Mummery n’a pas été la première fanatique alpine à participer à une première ascension difficile, mais est connue pour être la première à insister publiquement sur le fait que les femmes seraient mieux à même de relever de tels défis … par opposition aux ascensions comparativement peu sévères auxquelles elles étaient généralement déléguées!

1907 – Elizabeth le Blond

Fondatrice du « Ladies’ Alpine Club »

Elizabeth le Blond a fondé le « Ladies ‘Alpine Club » et en est devenue la première présidente en 1907. Mais ce n’était que la cerise sur le gâteau de ses réalisations! “Lizzy” Le Blond a grimpé été comme hiver, et sa carrière dans l’alpinisme a duré plus de 20 ans. Elle a commencé à Pontresina avant de se rendre dans la région de Chamonix où elle a rapidement fait le Mont Blanc et les Grandes Jorasses. Elle a également fait la première ascension hivernale de l’Aiguille du Tour, du Col du Tacul, du Col du Chardonnet, du Col d’Argentière et de l’Aiguille du Midi. Elle avait également la distinction d’être la seule femme à avoir dirigé un parti sans guide en hiver et au printemps.

Née Elizabeth Alice Frances Hawkins-Whitshed, «Lizzie» était la fille unique d’un baronnet et l’héritière d’une fortune substantielle comprenant un domaine du comté de Wicklow en Irlande. Elizabeth vivait à Londres avec son premier mari, Fred Burnaby, jusqu’à la naissance de leur fils unique, mais avant de pouvoir célébrer son premier anniversaire de mariage, Lizzie s’était installée en Suisse «pour des raisons de santé». Elle a ensuite bouleversé la société en commençant l’escalade, chose presque inconnue pour une femme dans les dernières années de l’ère victorienne. Lizzie grimpa dans des jupes courtes pratiques couvrant à peine ses genoux; pour ses contemporains scandalisés, elle aurait aussi bien pu être nue!

En 1883, Elizabeth publia un précurseur d’une série décrivant ses expériences dans l’alpinisme: “Les hautes Alpes en hiver ou l’alpinisme à la recherche de la santé”. Sa plus grande réalisation, cependant, était dans le domaine de la photographie. Dès le début de sa carrière, son appareil photo l’a toujours accompagnée, capturant des points de vue encore jamais vus. Au fil des ans, elle a pris des milliers de photographies, dont environ quatre cents ont été incluses dans diverses publications, tandis que d’autres ont été offertes en cadeau, données sous forme de prix ou vendues au profit d’une association.

Son premier mari mourut au combat en janvier 1885, puis en Suisse, elle rencontra John Frederic Main, qui, après une longue histoire amoureuse, s’enfuit en Amérique avec son règlement de mariage de 1 000 £ par an provenant des successions irlandaises de sa femme. Enfin, Elizabeth se remarierait en 1900 avec Francis Aubrey Le Blond de Aldeburgh Suffolk. Par rapport à ses précédents mariages, ce dernier voyage à l’autel avec Francis, 9 ans plus jeune qu’elle, a été suivi d’un grand bonheur. Elle a continué à mener une vie indépendante mais voyageait souvent avec son mari fou de poterie. Elle a écrit plus de livres, pris plus de photographies et gravi plus de montagnes. Elle est également devenue l’une des premières femmes à se lancer dans le cinéma.

1895 – Lily Bristow

Première femme à conquérir le Grépon

Dans les années 1890, Miss Lily Bristow a considérablement renforcé la position des femmes dans le monde de la montagne, faisant l’histoire étant la seule femme inscrite sur une corde de membres célèbres du « Alpine Club ». En 1892, avec Mummery et Ellis Carr, elle entreprit une traversée Nord vers Sud du Grand Charmoz sans guide; à côté de l’arête nord du Zinal Rothorn sans guide avec Mummery; suivi de la crête italienne du Cervin, toujours sans guide, effectuant la descente à la corde sur le même itinéraire.

En 1893, Lily et ses amis s’attaquèrent au Petit Dru sans guide, allant même jusqu’au Gendarme. Il s’agit de l’un des premiers cas enregistrés de femmes conduisant sur une corde composée d’hommes. En 1894, avec ses guides, elle fit la première descente de la crête Z’mutt du Cervin. Et finalement, en 1895, l’escalade qui couronna sa carrière et lui valut une renommée éternelle; la deuxième traversée sans guide du Grépon au cours de laquelle elle a eu l’honneur d’être la première femme à se tenir au sommet du célèbre Grépon dominant Chamonix.

1929 – Miriam O’Brien Underhill

Aiguilles du Diable au Mont Blanc du Tacul

Miriam O’Brien a commencé l’escalade dans les Alpes en mai 1926, ses premières ascensions comprenant la Torre Grande dans les Dolomites (un itinéraire maintenant appelée “Via Miriam”) ainsi que la première ascension de l’Aiguille de Roc près du Mont Blanc.

Au milieu de 1929, Miriam O’Brien Underhill effectua la traversée des Aiguilles du Diable au Mont Blanc du Tacul. Cette voie implique l’ascension de cinq sommets remarquables de plus de 4 000 mètres dans un cadre superbe. À la fin des années 1920, elle avait inventé le terme «escalade sans homme».

Son approche sans homme a suscité la controverse quand, en 1929, elle remporta la première ascension d’une des montagnes les plus impressionnantes de Chamonix: le Grépon avec son amie Alice Damesme. À l’annonce de l’ascension, l’alpiniste français respecté Étienne Bruhl s’est senti humilié de partager cet exploit avec deux femmes:

Le Grépon a disparu. Maintenant que cela a été fait par deux femmes seules, aucun homme qui se respecte ne peut le faire. Dommage aussi, car c’était une très bonne montée.

Sans se laisser décourager par l’insulte, Miriam a encaissé la première ascension sans homme du Cervin. Elle a ensuite épousé l’alpiniste et professeur à Harvard Robert L. M. Underhill en 1932 et a eu deux fils avec lui.

Après la Seconde Guerre mondiale, elle est montée exclusivement de l’autre côté de l’Atlantique avec son mari avant de quitter le Cervin pour la troisième et dernière fois en 1952.

Les héroïnes locales et femmes dans l’alpinisme d’aujourd’hui

Avant que vous puissiez vous aussi faire une première ascension, ou même le Grépon, vous devrez passer quelques heures sur la montagne avec un guide qualifié. Ces guides locales sont toutes des femmes et s’adressent à tous, des grimpeurs les plus expérimentés aux débutants, sans autre inspiration que les femmes ci-dessus… et bien sûr, avec un sens de l’aventure sans égal!

Elles perpétuent jour après jour l’héritage de nos Dames Légendaires, conquérant des ascensions et représentant l’égalité dans une industrie qui, par ailleurs, reste dominée par les hommes.

Fleur Fouque: Compagnie des Guides de Chamonix

Fleur est la fille d’un père guide de montagne et d’une mère moniteur de ski. Elle est devenue guide en 2017. Parmi ses réalisations, elle a rejoint en 2006 la première équipe nationale d’alpinisme au sein de la FFME (Fédération française de montagne et d’escalade) ouvrant une piste “Female Route” sur le glacier Biafo au Pakistan.

fleur-fouque-guide-photo-1 femmes dans l'alpinisme

Elle partage son temps entre expéditions et randonnées à ski, escalade le reste de l’année et découvre en permanence de nouvelles montagnes du monde.

Fanny Tomasi-Schmutz: Compagnie des Guides de Chamonix

Fanny est née à Chamonix en 1987 et a grandi toute sa vie entre Servoz et Chamonix. Son père était guide de montagne et enseignant à l’ENSA (école d’alpinisme). Fanny a ensuite épousé un guide, Damien Tomasi, qui a également travaillé à l’ENSA.

CHAMONIX, le 22 décembre 2017 Portrait de femmes guide de haute montagne diplômée en 2017 ci contre Fanny SCHMUTZ femmes dans l'alpinisme

En rejoignant l’héritage familial, Fanny a cessé d’enseigner pour devenir guide en 2015, partageant aujourd’hui la montagne et ses clients avec son mari.

En 2015, elle rejoint Damien, guide local Fleur Fouque et Sébastien Rougegré pour une première ascension à la montagne de la crête de Lagunak, l’Ama Dablam (6856 m) au Népal (le style alpin étant l’approche à la fois légère et rapide défendue par des guides tels que Steve House (en anglais).

Entre les saisons de guides à Chamonix, son amour des expéditions se poursuit. En 2016, elle et sa collègue guide, Elodie Lecomte, ont accompli le Bhagirathi III via la Route Ecossaise en 5 jours.

Pour les novices inspirés par les femmes historiques de ce blog, elle recommande une traversée des Aiguilles Marbrées (3535m).

Zoe Hart: IFMGA Mountain Leader

Passionnée de montagne depuis longtemps, Zoe est devenue guide de haute montagne en 2007. Elle est alors plus heureuse pratiquant l’alpinisme, le ski de randonnée, le ski hors piste, le sauvetage en crevasse et l’enseignement. Elle aime aussi les aventures familiales et les enfants.

Elle parle anglais et français et vit dans la vallée de Chamonix depuis 15 ans, a enseigné à l’ENSA et travaille dans le marketing pour la marque “Patagonia”.

En particulier, Zoe est également ambassadrice de l’escalade de Patagonia et a été la quatrième Américaine à obtenir le statut de la Fédération internationale des associations de guides de montagne, le plus haut niveau de compétence des guides de montagne professionnels.

Elizabeth Oakes Smart: IFMGA/UIAGM Mountain Leader

Liz Oakes Smart est guide de montagne, skieuse alpiniste et grimpeuse. Sa qualification de guide UIAGM / IFMGA lui permet de guider partout dans le monde, mais elle vit à Chamonix depuis plusieurs années. Elle dirige sa propre entreprise de guides avec son mari.

Elle a effectué de nombreuses descentes en ski alpinisme, notamment sur la face ouest de l’Eiger en Suisse; le Glacier Rond et le Couloir des Cosmiques à Chamonix; le Pan de Rideau et le Polichinele à La Grave, France; le doigt de Fuhrer sur le mont. Rainier; et diverses descentes dans la chaîne de Chugach en Alaska. Liz a également skié de 7200m sur Shishapangma au Tibet. Parallèlement à ses exploits en ski, Liz a effectué de longs free climbs à Yosemite et à Squamish, en Colombie-Britannique, et a effectué une montée d’une journée de la Traversée de la Cathédrale dans le Tetons.

Découvrez les sommets par vous-même

Si vous êtes inspiré par les exploits de ces légendes, passées et présentes, parlez à notre équipe. Nous travaillons avec plusieurs sociétés de guides qui peuvent vous conseiller sur les itinéraires appropriés en fonction de votre expérience. Les débutants peuvent par exemple goûter à la haute montagne lors d’une de nos randonnées sur le glacier.

L’image en vedette de Henriette d’Angeville est © Guilhem Vellut, partagée via Creative Commons Attribution 2.0 Generic (CC BY 2.0).